Copyright Alain SORGE 2010 - www.sorge.musicblog.fr
   
  Randonneurs Pyrénéens
  CHANSONS Béarnaises
 

Chants des Pyrénées


Paroles & traductions

 

   

SI (SI CANTI (dit aussi AQUERAS MONTANHAS ) :
hymne national béarnais , gascon et occitan

Devath de la (mia) finestro     
Que i a un auséron
Tota la nouéyt que canta
Canta la soa (sa) canson  

Refrain :
Si canti, you que canti
Canti pas per jo;
Canti per ma mia
Qui ei tan loehn de jo
ou (Qui ei auprès de jo )
 

Aqueras mountanhas
Qui tan hautas son
M’empaishan de véder
Mas amors on son  

Bachatz-ve montanhas
Planas, hauçatz-ve
Ta  qui posqui la veder
Mas amors on son  

Aqueras montanhas
Que s’abaisharàn
E mas amoretas
Que pareisheràn  

Aqueras mountanhas
Qui tan hautas son
M’émpaishan de véder
Mas amors on son    

-refrain : si canti…  

Si sabi las véder
Ou las rencontrar
Passeri l’ayguetto
Shens paur de’m negar  

-refrain : si canti  

Aqueras montanhas
Que s’abaisharàn
E mas amouretas
Que pareischeràn

Las pomas son maduras
Las cau amassar
Et las joenes hilhas
Las cau maridar.

 

Transcription phon.  

Débat de la (mïo) finèstro
Qué y a u awzérou
Touto la nouéyt que canto
Canto la souo (sa) cansou  

Sé canti, you qué canti
Canti pasr you
Canti per ma mïo
Qu’éy tan louégn dé you  

Aquéros mou(oun)tagnos
Qui tan awtos soun
M’émpéchon dé bédé
Mas amours oun sou
n
 

Bacha’pé mountagnos
Planos, hawça’pé
Ta qui pousqui las bédé
Mas amour z’ oun sou
n
 

Aquéros mountagnos
Qué s’abachéran
E mas amourétos
Qué paréchéra
n
 

Aquéros mou(oun)tagnos
Qui tan awtos soun
M’émpéchon dé bédé
Mas amours oun sou
n
     

Si sabi las bédé  
Ou las réncountra  
passéri l’aïguetto  
Chéns pow dé’m néga  

Aquéras mountanhas
Qué s’abaisharàn
E mas amoretas
Que pareishéra
n

 

 

 

 

Traduction 

Dessous ma fenêtre  
Il y a un oiselet  
Toute la nuit il chante  
Il chante sa chanson  

S’il chante, qu’il chante  
Il ne chante pas pour moi  
Il chante pour ma mie  
Qui est si loin de moi  

Ces montagnes  
Qui sont si hautes  
Elles m’empêchent de voir  
Où sont mes amours

Baissez-vous montagnes  
Plaines haussez-vous  
Pour que je puisse voir  
Où sont mes amours

Ces montagnes  
Tant s’abaisseront  
Que mes amours  
apparaîtront

Ces montagnes  
Qui sont si hautes  
Elles m’empêchent de voir  
Où sont mes amours

Si je sais les voir
Ou les rencontrer
Je traverserai le ruisseau
Sans peur de me noyer  

Ces montagnes  
S’abaisseront  
Et mes amours  
Apparaîtront  

Les pommes sont mûres
Il faut les ramasser
Et les jeunes filles
Il faut les marier.

 

 


  " Bèth cèu de PAU "   le beau ciel de Pau

Bèth cèu de Pau, quan te tornarèi véder ?
Bèt cèw dé paw, quouan té tournarèy bédé
Qu'èi tant sofert despuish qui t'èi quitat.
Qu'èy tan souffert déspuch qui t'èy quita
Si'm cau morir shens de't tornar revéder,
Si'm caw mouri chéns dé't tourna rébédé
Adiu, bèth cèu, t'aurèi plan regretat.
Adiw bèt cèw, t'awrèy pla régréta
Qu'aurí volut, Bearn cantar ta gloèra.
Qu'awri boulut, Béarn canta ta glouéro
Mes ne poish pas, car que soi tròp malaut.
Més né pouch pas, car qué souy tròp malaw
Mon diu, mon diu, deishatz me véder engoèra
Moun diw, moun diw, déchat mé béd' éngouéro
Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau (bis).
Lou cèw dé paw, lou cèw dé paw

Jo, qu'èri sol, dens ma trista crampèta
Jou qu'èri soul, déns ma tristo crampéto
A respirar lo perfum deu printemps
A respira lou pérfum dou printén
Quan, tot d'un còp, ua prauba ironglèta,
Quouan tout du còp, üo prawbo iroungléto
Possa un gran crit, e puish en medish temps.
Pousso u gran crit et puch én médich tén
Un esparvèr houn sus la beroina ;
U ésparbè oun sus la bérouïno
- Çai, çai t'ací, jo ne't harèi pas mau !
Saï, saï t'assi, you né't harèy pas maw 
Rentra dehens, que parleram praubina
Réntra déhéns, qué parléram prawbino
Deu cèu de Pau, dau cèu de Pau (bis).
Dou cèw dé paw, lou cèw dé paw

Mes, que t'en vas, beròia messatjèra,
Més qué t'én bas, béroyo méssatyèro
Adiu, adiu, senti que'm vau morir.
Adiw, adiw, sénti qué'm baw mouri
Car lo bon diu entà d'eth que m'apèra,
Car lou boun diw énta d'éth qué m'apèro
Doman bethlèu, non serèi mèi ací !
Douma bét lèw, noun sérèy mèy assi
Puish que t'en vas, ven-t'en dens la montanha,
Puch qué t'én bas, bé t'én déns la mountagno
Ven har ton nid devath noste portau,
Vé ha tou nit débat nousté pourtaw
Qu'auràs de tot, tà tu e tà companha
Qu'awras dé tout, tà tu et tà coumpagno
Au cèu de Pau, au cèu de Pau (bis).
Aw cèw dé paw, lou cèw dé paw

 

 

Beau ciel de Pau, quand donc te reverrais-je
J'ai tant souffert depuis que je t'ai quitté
Si je dois mourir sans te revoir
Adieu beau ciel, je t'aurai tant regretté
J'aurais voulu , Béarn, chanter ta gloire
Mais je ne peux pas, car je suis trop malade
Mon dieu, mon dieu, laissez-moi voir encore
Le ciel de Pau, le ciel de Pau

 

 

Moi j'étais seul dans ma triste petite chambre
A respirer le parfum du printemps
Quand tout d'un coup, une pauvre hirondelle
Pousse un grand cri car en même temps
Un épervier fonce sur la jolie
-Viens ici, viens ici , je ne te ferai pas de mal
Rentre dedans, on parlera pauvrine 
Du ciel de Pau, du ciel de Pau

 

 

Mais tu t'en vas, jolie messagère
Adieu, adieu , je sens que je vais mourir
Car le bon dieu vers lui, m'appelle
Demain peut-être, je ne serais plus ici
Puisque tu t'en vas , va-t'en dans la montagne
Viens faire ton nid dessous notre porche
Tu auras de tout pour toi et ta compagnie
Au ciel de Pau, au ciel de Pau

 

"Los dus pastours a l'ombreta"   ? 

  
Dus pastors a l'ombreta (dus pastous à l'oumbréto) 


Dus pastors a l'ombreta; que hasèn un boquet.
Dus pastous'a l'oumbréto; qué hasèn u bouquét
L'un cuelhè la vriuleta;  e l'aute lo muguet
Lu couéyé la briouléto; é l'awté lou muguét

Jo qu'aimi l'imortèla; mei que las autas flous
You qu'aymi l'imourtélo; méy qué las awtés flous
Coum ey toustem fidèle; atau soun mas amous.
Coum éy toustém fidèlo; ataw soun mas amous


Un boquet de vriuletas; que me n'avès enviat
U bouquét dé brioulétos ; qué mé n'abès énbiat
Diu! d'aqueras manetas; tan plan l'avès troçat
Diw d'aquéros manétos, ta pla l'abès trouçat


Dab cordonet de seda; e dab l'esplinga d'aur
Dap courdounét dédo, é dap l'ésplingo d'ò
Diu ! d'aqueras manetas; que valén un tresaur
Diw!  d'aquéros manétos, qué balén u trésò


Jo que t'at dit princessa; un còp e non pas mei,
You qué t'at dit prïncésso; u còp é noun pas méy
Que la mia tendressa;  no's finirà jamei
Qué la mïo téndrésso; no's finirà yaméy

Hè'n drin l'experiença; no't demandi qu'aquò.
Hèn drïn l'éspériénço; no't démandi qu'aquò
En jo, pas d'aparença; mes qu'at èi tot au còr
Én you, pas d'aparénço; més qu'at èy tout aw cò

Deux bergers à l'ombrette

 

 

Deux bergers à l'ombre, faisaient un bouquet
L'un cueillait la violette, et l'autre le muguet

 

Moi j'aime l'édelweiss , plus que les autres fleurs
Comme elle est  toujours fidèle... ainsi vont mes amours



Tu m'avais envoyé un bouquet de violettes 
Mon dieu, avec ces petites mains, tu l'avais bien arrangé



Avec un cordonnet de soie et avec l'épingle d'or
Mon dieu, avec ces petites mains, qui valent un trésor



Moi je te le dis princesse, une fois et pas plus,
Parce que ma tendresse ne se finira jamais

 

Fais-en l'expérience; Je ne te demande que ça
En moi, point d'apparence, mais je t'ai en entier dans mon cœur

 

Quant vòs ganhar pastoreta charmanta

 

Quant vòs ganhar pastoreta charmanta  
(Kwann bòss gagna pastouréto charmanto)

Quant vòs ganhar per guardar lo bestiar ?  
(Kwann bòss gagna pérr gouarda lou béstia)

Un par d’esclòps, un devantau
(U pas d'ésclopss, u débantaw)
E cent’escuts, mossur, que’m cau (bis)  
(Et cént escutss moussu qué'm caw)

 

Acò qu’ei tròp,  pastoreta charmanta  
(Açò qu'éy tròp, pastouréto charmanto)

Acò qu’ei tròp tà guardar lo bestiar !  
(Aço qu'éy tròp tà gouarda lou béstia)

Si acò qu’ei tròp per çò qui’m cau  
(Si açò qu'éy tròp, pérr çò qui'm caw)

Qu’en tirarèi lo devantau (bis)  
(Quénn  tiraréy lou débantaw)

 

Atau va plan pastoreta charmanta  
(Ataw ba pla pastouréto charmanto)

Atau va plan tà guardar lo bestiar !  
(Ataw ba pla tà gouard lou béstia)

Si atau va plan, tocatz la man  
(Si ataw ba pla, toucat la ma)

E que m’en vau tà guardar lo bestiar (bis)
(Et qué m'énn baw gouarda lou béstia)

 

 

 

Combien veux-tu gagner charmante bergère
Combien veux-tu gagner pour garder le bétail ?

Une paire de sabots, un tablier

Et cent écus, monsieur, il me faut.

 

 

 

Ceci est trop charmante bergère

Ceci est trop pour garder le bétail !

Si ça c’est trop pour ce qu’il me faut
J’en retirerais le tablier.

 

 

 

Ainsi ça va bien, charmante bergère

Ainsi ça va bien pour garder le bétail.

Si ainsi ça va bien, touchez-moi la main

Et je m’en vais garder le bétail.

Arrepic :

Aussau mas amoretas
Aüssaü, mas amourétos
Aussau, jo me n'i vau.
Aüssaü, jou qué m'i baü
------------------

Au verdurèr jou me n'entrèi (bis)
Aü bérduré jou mé n'éntréy
Tres arrosetas i trobèi.
Trés arrousétos i troubéy

Tres arrosetas i trobèi
Trés arrousétos i troubéy
Que las copèi, que las liguèi.
Qué las coupéy, qué las liguèy

Que las copèi que las liguèi
Qué las coupéy, qué las liguèy
A mas amors enviar las hèi.
A mas amous énbia las hèy

A mas amors enviar las hèi
A mas amous énbia las hèy
Mes qui serà lo messatgèr ?
Més qui sérà lou messatgè

Mes qui serà lo messatgèr ?
Més qui sérà lou messatgè
La calandreta o l'esparvèr ?
La calandréto ou l'ésparbè

La calandreta ei cap-leugèr
La calandréto éy cap-léüyè
E l'esparvèr tròp mensongèr.
Et l'ésparbè, tròp ménsounyè

E l'esparvèr trôp mensongèr
Et l'ésparbè, tròp ménsounyè
Jo medisheta m'i anirè.
Jou médichéto, m'i aniré

 

Refrain

Ossau, mes amourettes
Ossau, moi j'y vais.

------------------



Au verger, moi j'entrai
Trois petites roses j'y trouvai.

Refrain

Trois petites roses j'y trouvai
Je les coupai, je les liai.

Refrain

Je les coupai, je les liai
A mes amours , les fis envoyer.

Refrain

A mes amours , les fis envoyer
Mais qui sera le messager ?

Refrain

Mais qui sera le messager ?
L'alouette  ou l'épervier ?

Refrain

L'alouette est tête en l'air
Et l'épervier trop menteur.

Refrain

Et l'épervier trop menteur
Moi-même (donc) j'irai.

 

  " T'on vas"  

T'on vas...

Lo men païs qu'ei com una isla
Lou mé païs qu'éy coum uo islo

Quate maisons devath lo cèu
Qwaté maysous débat lou cèw
Hilh deu gave e de la saliga
Hill dou gabé et dé la saligo
Que soi marin shens nat bateu.
Qué souy mari chéns nat batéw


T'on vas; Tu qui non poden maserar,
T'oun bas; Tu qui noun poudén maséra
T'on vas...?

E qu'ei aquiu la mia escola
Et qu'éy aquiw la mïo éslo
Qu'i èi aprés a tot jamèi
Qu'i èy aprés a tout yamèy
La libertat e la bracona
La libertat et la bracouno
D'aqueth rejaume soi lo rèi.
D'aquét réyawmé souy lou rèy

E en espiant colar l'aigueta
Et én éspïan coula l'ayguéto
Qui se m'emporta lo vagar
Qui sé m'émpourto lou baga
N'ei pas de pena, ma Janeta,
N'éy pas dé péno, ma Yato
Si n'ei l'enveja de plorar.
Si n'éy l'ényo dé ploura

Puish quan sia lo darrèr viatge
Puch qwan sïa lou darè biatyé
No'm tirarèi pas lo bonet
Noum tiratéy pas lou bounét
Portatz-me donc auprès deu gave
Pourtat-mé doun awprès dou gabé
Qui n'esto pas jamèi vailet.
Qui n'éstou pas yamèy bailét

Que me'n tornarèi tà la tèrra
Qué mén tournaréy ta la rro
Qu'i èm tots a egalitat
Qu'i èm touts a égalitat
E donc amics tà la hartèra
Et doun amics ta la harro
Un darrèr còp que canteratz.
U darè còp qué cantérat

T'on vas, Tu qui non poden maserar
T'on vas...

 

Où vas-tu...

Mon pays, c'est comme une île
Quatre maisons dessous le ciel,
Fils du gave et de la saligue,
Je suis un marin sans aucun  bateau.

Où vas-tu, Toi qu'on ne peut dompter,
Où vas-tu...?

C'est là toute mon école .
J'y ai appris à tout jamais.
La liberté et la braconne,
Je suis roi de ce royaume.

En regardant couler l'eau
Qui emporte le temps
C'est pas parce que j'ai de la peine, Jeannette,
Si j'ai envie de pleurer.

Quand ce sera le dernier voyage
J'enlèverai pas mon béret,
Portez-moi au bord du gave
Qui n'a jamais été valet.

Je reviendrai à la terre,
On y est tous à égalité,
Alors, amis, pour le repas
Une dernière fois vous chanterez.

Où vas-tu, Toi qu'on ne peut dompter,
Où vas-tu...?

  

 "De cap ta l'immortélo" 

 

 

De cap t'a l'immortela

L 'immortéla, en francés, qu 'ei l'edelweiss.
L'immourlo , én francès, qu'éy l'édelweiss
Qu 'ei la flor blanca de la montanha hauta.
Qu'éy la flou blanco dé la mountagno awto
E tà l'anar cercar, que cau estar hèra valent ...
Et tà l'ana cérca, qué caw ésta hèro  balén
o hèra amorós...
ou hèro amourous...

S'ei un pais e una flor; e una flor, e una flor
S'éy ü païs et üo flou, et üo flou, et üo flou
Que l'aperam la de l'amor; la de l'amor, la de l'amor.
Qué l'apéram la dé l'amou, la dé l'amou, la dé l'amou

Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
Awt Péyròt, bam camina, bam camina
De cap ta l'immortéla,
Dé cap ta l'immourlo
Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
Awt Péyròt, bam camina, bam camina
Lo pais vam cercar
Lou païs bam cérca

Au soum deu malh, i'a ua lutz, i'a ua lutz, j'a ua lutz.
Aw soum dou maill, ya üo lus, ya üo lus, ya ü lus
Qui cau guarda los oelhs dessus, los oelhs
Qui caw gouarda lous ouéys déssus, lous ouéys 
 dessus, los oelhs dessus.  
déssus, lous ouéys déssus

Que'ns cau trauca tot lo segas, tout lo segas,  tout lo segas.
Quéns caw trawca tout lou ségas...
Ta'ns arrapar  sonqué las mas, sonqué las mas, sonqué las mas.
Tans arrapa sounqué las mas.....

Non veiram pas jamei la fin, jamei la fin, jamei la fin.
Noun béyram pas yaméy la fi ...
La libertat qu'ei lo cami, qu'ei lo cami, qu'ei lo cami
La libértat qu'éy lou cami....

Après lo malh, un aute malh, un aute malh, un aute malh
Après lou may, u gnawté may...
Après la lutz, ua auté lutz, ua auté lutz, ua auté lutz.
Après la lus, u gnawté lus....

 

Vers l'edelweiss

 

 

 

L'immortelle en français, c'est l'edelweiss
C'est la fleur blanche de la haute montagne
Pour aller la chercher, il faut être vaillant.
Ou très amoureux

 

 

C'est une fleur, et une fleur et une fleur
Nous l'appelons la fleur de l'amour  et de l'amour...


En avant Pierrot, allons cheminer
Vers l'immortelle
En avant Pierrot, allons cheminer
A la rencontre du pays

 

Au sommet de la montagne, il y a une lumière...
Il faut garder les yeux dessus.....


Il faut percer tous les ronciers
Quitte à tout nous arracher , sauf les mains

 

On n'en verra jamais la fin....
La liberté c'est le chemin....

 

Après le pic, un autre pic....
Après la lumière, une autre lumière...

 

"Après l'amour"  

ARRON D’AIMAR

 

Arron d’aimar, quauque còp que saunegi  
Arroun d'ayma, quaüqué còp qué saünéyi
A mar granas de nèu, aus navius negats,  
A ma granos dé nèü, aüs nabiüs négats
Aus arríders gaujós, au dia qui punteja  
Aüs arridés gaüyous, aü dïo qui püntéya
Au dessus d’un camin qui non s’acaba pas.  
Aü déssus du cami qui noun 'acabo pas

Refrain:
           
Que t’aimi, pra’mor deu temps qui acaças,  
Qué t'aymi, pramou dou tén qui acaços
           
Que t’aimi, per la nèu e lo huec,  
Qué t'aymi, pér la nèü et lou houéc
           
Que t’aimi, caminaram amassas,  
Qué t'aymi, caminaram amasso
           
Que t’aimi, per l’aiga o l’eslambrec.  
Qué t'aymi, pér l'aygo ou l'éslambréc

 

La frinèsta qu’ei ubèrta, e la lua que’t bailina,  
La frinèsto qu'éy ubèrto et la lüo qué't baylino
E tu que vas dromir, ton cap s’ei amagat,  
Et tu qué bas droumi, tou cap s'éy amagat
Per delà lo plaser, e la tendressa engalina,  
Pér délà lou plasé, et la téndrésso éngalino
Jo qu’espii ton còs, ne’u gausi pas tocar.  
You qu'éspii tou cò, né'ü gaüsi pas touca

  Refrain

Arron d’aimar, quauque còp que saunegi
Arroun d'ayma, quaüqué còp qué saünéyi  
Que lo vent nos a miats capsús los crums negrós,  
Qué lou bén nous a miats capsus lous crüms négrous  
Hens un país shens fin, on dab tu me passegi,  
Héns u païs chén fi, ou dap tu mé passéyi
On lo monde perdonan aus qui s’aiman, urós.  
Oun lou moundé pérdounon aüs qui s'ayman, urous
 

  Refrain

 

 

                     APRÈS L’AMOUR   

 

Après l’amour, quelquefois moi je rêve  
A des océans de neige, à des navires noyés,  
A des rires d’enfants, à un jour qui se lève  
Au dessus d’un chemin qui n’en finit pas.

   

            Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
           
Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
           
Je t’aime, nous cheminerons ensembles,  
           
Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.

 

La fenêtre est ouverte, et la lune te caresse;  
Tu vas t’endormir, ton visage est caché,  
Par delà le plaisir et la tendresse,  
Je regarde ton corps que je n’ose plus toucher.

   
            Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
           
Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
           
Je t’aime, nous cheminerons ensembles,  
           
Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.  

 

Aprés l’amour, quelquefois moi je rêve  
Que le vent nous a emportés au dessus des nuages,  
Dans un pays sans fin où nous marchons tous les deux,  

Ou les gens pardonnent à ceux qui sont heureux.

 

            Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
           
Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
           
Je t’aime, nous cheminerons ensembles,  
           
Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.  

 

 

 

  "Montagnes  Pyrénées"

MONTAGNES PYRÉNÉES 

 

Montagnes Pyrénées, vous êtes mes amours

Oui mes amours, oui mes amours

Cabanes fortunées, vous me plairez toujours

O oui toujours, o oui toujours

Rien n'est si beau que ma patrie 

Rien ne plait tant à mon amie

O montagnards; ô montagnards

Chantons en chœur, chantons en chœur

Le beau pays que mon pays, la joie et le bonheur

Tra la la la la ...........

Halte-là, halte-là, halte-là

Les montagnards les montagnards

Halte-là..

Les montagnards sont là

 

(prononciation en italique)

Montanhas Pireneas ; qu'estatz las mias amours 
Mountagnos Pirénééos, qu'éstat las mas amous
Quio mas amours, quio mas amours
Kiò mas amous, kiò mas'aamous

Cujalas de magrèra,  que'vs aimarèi tostemps; 
Cuyala dé magrèèro, quép aymarèy toustém
Que quio toustem , que quio toustem 
Qué kiò toustém, qué kiòò toustém

Arren n'ei mei bèth que la mia patria
Arré n'éyyt qué la mïo patrïïo
Arren n'agrada tant a la mia amiga
Arré n'agrado tan à la mïo amiigo

O montanhòus..ô montanhòus
O mountagnaous , ò mountagnaous
Cantem amasso , cantem amasso
Cantém amasso, cantém amasso
Lo bèth païs que mon païs, la patz e lo bonhur
Lou bèt païs qué moun païs, la pas é lou bonhur
Tra la la la la , tra la la la la la la, la la
Tra la la la la , tra la la la la la la, la la

Atencion, atencion, atencion
Aténciou, aténciou, aténciou 
Los montanhòus , los montanhòus
Lous mountagnaous, lous mountagnaous
Atencion, atencion, atencion
Aténciou, aténciou, aténciou 
Los montanhòus son aquiu
Los montanhòus , los montanhòus
Lous mountagnaous, lous mountagnaous
Los montanhòus son aquiu
Lous mountagnaous soun.......AQUIW !

 

Là haut sur la montagne

 

Enlà sus la montanha

 

Enlà sus la montanha,
Énlà sus la mountagno
Qu'ei entenut plorar

Qu’ei enténut ploura
Dilhèu la votz de ma mestressa
Dillèw la bous de ma méstrésso
Que quio anarèi tà la consolar (bis)
Que quïo anarèi tà la counsoula

-" Eh, qu’avetz donc la bèra
Eh, qu’abét doun la bèro
Qu’avetz donc a plorar?
Qu’abét dounc a ploura
- Ah ! si plori qu’ei de tendressa
Ah ! si plouri qu’éy de téndrésso
E lo regret d'aver t ròp aimat. "
E lou régrét d’abé tròp ayma
(bis)

-" Aimar n’ei pas un crimé,
Ayma n’éy pas u crimé
Diu ne’u défen pas
Dïü nou défén pas
Caléré aver l’amna plan  dure
Caléré abé l’amno pla dure
Per ne jaméi aver trop aimar
Pér né jaméi abé trop ayma(bis)

-Las oélhas dens la plana
Las ouéyosns la plano
Son en dangèr deu loup
Soun én danyè dou loup
Mes vos e jo, joéno béryèro,
s bous et you, jouéno béryèro
-Qu’èm en dangèr sonque de l’amor
 
-Qu’èm en danyè sounque de l’amour
(bis)

 

 

Las oélhas vivén dens l’èrba
Las ouéyos bibénns l’èrbo
Los parpalhous deus flous
Lous parpayous dous flous
Mes vos e jo, jo joena béryèra
s bous et you,  joéno béryèro
-Que ne vivem sounque de langour  
-Qué né bibém sounque de langou
(bis)

 

Que i a tres causas au monde
Qué i a trés caüsos aü mounde
Tres causas a desirar
Trés caüsos  a désira
Aur ni aryén, mes pax serena
Or ni aryén, més pas séréna
-Ua moulhèr e drin de bon vin  
-Uo mouyè e drïn dé bou bi
(bis)

 

Aur ni aryén, mes pax serena
Or ni aryén, més pas séréna
-Ua moulhèr e drin de bon vin  
-Uo mouyè e drïn dé bou bi
(bis)


D'aqueth vin blanc qui luse au veiré
D'aquét bi blan qui lus' aü béyré
E hè los omis shens chagrin "
E hè lous oumis chén chagri
(bis)

 

 

Là-haut sur la montagne

 

Là-haut sur la montagne,

J'ai entendu pleurer.

Est-ce la voix de ma maîtresse,

Oh oui j'irai la consoler.


-" Eh ! Qu'avez-vous la belle

Qu'avez-vous à pleurer ?

- Ah ! Si je pleure, c'est de tendresse

Et de regret d'avoir trop aimé. "


" Aimer n'est pas un crime,

Dieu ne le défend pas.

Faudrait avoir l'âme bien dure

Pour ne jamais avoir trop aimé.


Les moutons dans la plaine

Sont en danger du loup,

Mais vous et moi, jeune bergère,

Sommes en danger que de l'amour.

 


Les moutons vivent d'herbe,

Les papillons de fleurs,

Mais vous et moi, jeune bergère,

Nous ne vivons que de langueur.

 

 

Il y a trois choses au monde,

Trois choses à désirer,

Or, ni argent, mais paix sereine,

Une épouse et du bon vin.

Or, ni argent, mais paix sereine,

Une épouse et du bon vin,



De ce vin blanc qui brille au verre

Et fait les hommes sans chagrin. "

 

 

 
  Nbre de visiteurs différents 53053 visiteurs (159426 hits) visiteurs et amis ........ Copyright Alain SORGE 2010 Copyright Alain SORGE 2010 - www.sorge.musicblog.fr  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=